23.08.2018 / Actualité

Un intercalaire qui fait date

C’est en 1993 que le premier intercalaire au monde coextrudé pour le « warm edge » des vitrages isolants, a été lancé sur le marché

Un mélange de matières plastiques coextrudées avec du métal, a donné au nouvel intercalaire de vitrage isolant thermiquement optimisé, le nom de : Thermix. L’entreprise du même nom a été fondée par Georg Greubel en 1993, un expert du verre ingénieux, issu de Altshausen près de Ravensbourg. Et la production en série a commencé dès 1994 chez le partenaire de développement Ensinger qui a fini par reprendre complètement Thermix en 1997.

« Conversion aussi simple que possible » 

« Nous avons conçu le produit de sorte que la conversion soit aussi simple que possible pour les fabricants de vitrage isolant », explique Heinz Raunest qui suit Thermix depuis la fabrication du premier mètre chez Ensinger, en qualité d’ingénieur de conception et de développement d’application. « L’usinage de la barre profilée n’a pas exigé d’investissement majeur ou de formation supplémentaire des employés sur les chaînes existantes.  »

Cependant, Thermix était un peu en avance sur son temps. Dans les années 90, le pont thermique dans la zone de transition du verre au châssis n’était pas encore pris en compte dans l'évaluation énergétique standardisée des fenêtres et façades. Il était donc difficile de faire passer aux clients le message d’une plus-value d’un « warm edge ». Mais les architectes adeptes du mouvement en expansion « la Maison Passive » ont rapidement reconnu les avantages de Thermix.

Étapes majeures dans le développement

La norme DIN EN ISO 10077 est entrée en vigueur en novembre 2000. Le coefficient Psi comme coefficient de transmission thermique rapporté à la longueur pour le pont thermique en bordure de vitrage était désormais inclus dans le calcul du coefficient U des fenêtres (UW) en plus des valeurs proportionnelles de la surface du vitrage (Ug) et du cadre (Uf). Les intercalaires améliorés sur le plan thermique ont donc reçu un net coup de pouce qui a continué de s’intensifier avec les exigences légales croissantes.

Parallèlement à l’évolution du marché, Ensinger n’a cessé de développer Thermix au fil des ans, a élargi son portefeuille de produits et s’est ainsi adapté aux exigences croissantes.

Les grandes étapes dans le développement de produits Thermix de 1993 à 2018De 1993 à aujourd’hui : Étapes importantes dans le développement des produits Thermix

Cela n’est pas prêt de s’arrêter

Aujourd’hui, le marché offre une multitude de variantes d’intercalaires « warm edge » : des profilés de barres en acier inoxydable qui peuvent être transformés en cadre et des profilés hybrides en plastique avec acier inoxydable ou film composite ainsi que des systèmes flexibles qui permettent une application sur le vitrage à partir de fûts (espaceurs thermoplastiques, TPS) ou de rouleaux (profilés en mousse). Aujourd’hui, deux tiers des fenêtres fabriquées en Allemagne sont dotées d’intercalaires optimisés d’un point de vue thermique – mais pourquoi pas toutes ?

« L’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment est un sujet complexe dont les visionnaires tracent la ligne supérieure de l'orientation du marché, les régulateurs la ligne de fond », dit Heinz Raunest au service de la clientèle Thermix dans le monde entier. « C’est très simple : un intercalaire bien isolé à la place de l’aluminium améliore le coefficient U d’une fenêtre de 0,1 à 0,2 W/m2K – cela correspond à dix pourcent pour un coefficient UW de 1,0 W/m2K. Peu importe qu'une pièce soit chauffée ou refroidie : il n’y a guère de composant qui s’amortit plus rapidement. C’est valable pour le portefeuille, le confort d’habitat et l’environnement. »

Lisez ici l’histoire complète avec des faits complémentaires sur le développement du joint de bordure des vitrages isolants.